Carnet de Palestine

4. Bethléem via l'Île aux Moines

En juin dernier, nous avons eu, déjà, l'opportunité de rencontrer de jeunes Palestiniens, chrétiens de Bethléem, venus passer une semaine en France grâce au "parrainage scolaire" de l'association "Avenir Jeunes Bethléem" - l'occasion pour nous de prendre les premiers contacts... et de tester notre capacité à travailler ensemble !

Nous vous proposons de découvrir un extrait de ces entretiens, réalisés pour la plupart sur le bateau reliant Vannes à l'Île aux Moines et, pour les autres, sur la plage...

 

Vida est la première à répondre à mes questions. Visiblement, les membres de l'association la considèrent comme la « responsable » des quatre autres, parce qu'elle est la plus âgée** - peut-être aussi parce qu'elle parle bien français. Vida est à l'aise, lunettes Dior relevées sur la tête et sourire éclatant ponctuant chacune de ses réponses.  Elle a 19 ans et suit, à l'Université catholique de Bethléem, des études d'analyses médicales dans le but de travailler, plus tard, dans un laboratoire, si possible à l'hôpital. Elle est à mi-parcours - ce cursus dure 4 ans, elle en a fait 2 - et en est très heureuse... bien qu'au départ, son vrai désir était d'aller à la faculté de médecine, qui malheureusement n'est pas à Bethléem. Le coût et l'organisation nécessaire pour entreprendre des études ailleurs que « chez elle » étant trop pesant, elle a dû y renoncer. Mais, l'hiver dernier, dans le cadre de sa formation, elle a pu faire un stage à la maternité. « Une très bonne expérience. »

« J'ai beaucoup d'amis, car je suis très sociable ! » me répond-elle avec son grand sourire, lorsque je l'interroge sur sa vie quotidienne en-dehors des études. « C'est une université catholique mais la majorité des étudiants sont musulmans. C'est une grande chance pour nous. » Vida est sportive, elle a longtemps pratiqué le basket. Mais désormais, elle préfère passer son temps libre « sur l'ordinateur ou avec ma maman ». Elle me dit qu'elle aime la musique « mais pas moderne ! » et cite le nom de Fairuz, la voix pleine d'admiration. (Je la vois vérifier si j'écris correctement le nom de la star sur mon petit cahier !) Plus tard, Vida me dira que sa mère est d'origine libanaise, comme la chanteuse... Et quand je lui demande si elle a un porte-bonheur, quelque chose qu'elle  avec elle, y compris pour venir ici, elle a a l'air un peu embêtée. « C'est que... c'est personnel, finit-elle par m'avouer, un peu gênée. » Je m'excuse et la rassure : « Tu n'es pas obligée de répondre à toutes mes questions ! » Mais elle m'interrompt presque pour me dire que son père est mort il y a longtemps, quand elle avait deux ans, et qu'elle a sa photo sur elle, toujours, où qu'elle soit.

 

 

 

Bruno dessine Vida sous l'oeil attentif et curieux d'Alfred.

 

Nataly a 16 ans et va au lycée. Cette grande jeune fille a l'air toujours un peu amusé... peut-être à cause de la fossette qui creuse sa joue en permanence, ou presque ! Elle parle un français excellent : comme Vida, elle a commencé de l'étudier à l'âge de 6 ans. Et elle aussi a déjà voyagé. En Allemagne et, à en croire son tee-shirt « Hard Rock Café - Amman », en Jordanie également - ce qu'elle me confirme. Elle me dit qu'elle est venue en France pour voir son « parrain » (celui qui dans l'association française l'aide financièrement à poursuivre sa scolarité dans l'enseignement privé chrétien et l'héberge durant le séjour) et visiter la France. Nataly est bien dans ses baskets, ça saute au yeux. Et elle est à l'aise pour parler.

« Ce qui me frappe, ici, c'est la liberté que vous avez. Pas de checkpoint... et beaucoup de magasins ! »

« Il n'y a rien que je n'aime pas, ici ! » dira-t-elle ensuite à Bruno, qui lui demande s'il n'y a pas des choses qui l'on choquée au cours de son séjour en France.

En dehors du lycée, Nataly va chez les scouts, pratique l'escrime et mange au restaurant avec ses amis. Mais ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est tenir son journal. Chaque jour, elle y note quelque chose. C'est lui, son porte-bonheur. « Malheureusement, je n'écris pas l'arabe littéraire... dit-elle, s'excusant presque. J'écris comme je parle, et parfois même « en langues mélangées » : arabe, anglais, français. » Lorsque je lui demande s'il lui arrive d'y coller des souvenirs, des tickets, des petites choses ramassées ça-et-là comme je le fais moi-même, ses yeux se mettent à briller plus fort : « Oui, oui ! Je fais ça tout le temps ! J'ai pris l'habitude de garder des souvenirs de tout. »

Plus tard dans la journée, après le pique-nique sur la plage, alors que nous sommes assises côte à côte à l'ombre derrière les cabines de plage, je lui demande si elle a un petit ami, si elle est amoureuse... « Certaines de ses amies, oui. Mais pas moi. C'est trop tôt pour l'amour. À notre âge, les garçons sont tous des menteurs. »

 

 
Marc, le photographe, et Shahd... photographiée.
 

Alfred, seul garçon du groupe, a 17 ans et va entrer en dernière année de lycée, celle du Bac. Sa matière préférée ? L'histoire. Il me répond sans la moindre petite hésitation. Et quand je lui demande pourquoi, il me dit : « J'aime apprendre de nouvelles informations sur la Seconde Guerre mondiale, l'histoire du monde m'intéresse. » Il m'explique : « Je suis curieux. J'aime... découvrir ! » Plus tard, il veut être avocat. C'est sûr, décidé depuis très longtemps.

Ce voyage est le premier qu'il fait. « Tout est comme je l'imaginais. Vous êtes tous libres, vous pouvez circuler librement. »

 
 

À bientôt, de... là-bas !

 

Ajouter un commentaire
Publié à 01:49, le 13.10.2009, Vannes
Mots clefs : entretiensportraits


Commentaire sans titre

Publié par papottocoincoin, le 14.10.2009 à 21:04
Vous n'étiez pas encore partis et votre blog nous faisait déjà voyager. Nous avons hâte de lire la suite et de connaître vos aventures orientales.
Petits messages personnels pour marcabel :
Coucou Papa, aujourd'hui j'ai été au quadrathlon, dans l'équipe d'Iris, Quentin et Louis. On a terminé 2e et j'ai eu une médaille d'argent.Gros Bisous.Hector
Gaspard cherche ce qu'il pourrait te dire... attendons demain. Il t'embrasse tout de même.
Notre Gaza s'amuse avec la chatière et Jilo est jalouse de ne pas pouvoir passer par cette petite porte.
Après ces considérations animalières, je n'ai qu'un mot à vous dire : bonne nuit les petits (d'accord ça en fait 4).
Bizh
Lien permanent

Bravo

Publié par Stéphanie, le 7.12.2009 à 07:54
Quel beau voyage, belles photos, quelle richesse ...
J'ai survolé le tout ... mais reviendrais dans les détails !
A quand un carnet de voyage de la Réunion ?!!!
Bises
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui écrit ?


Trois artistes voyageurs partis dans le cadre d'un échange artistique franco-palestinien entre les Centres culturels français sur place et le Rendez-Vous du Carnet de Voyage de Clermont-Ferrand.

Menu

Accueil
Notre itinéraire

Articles

Palestine... le retour ! :-)
Salaam Palestine ! [PRESSE]
Salaam Palestine ! [RADIO] (2)
Salaam Palestine ! [RADIO]
Salaam Palestine ! [VIDEO]
Salaam Palestine ! [VERY GOOD NEWS]
Salaam Palestine ! [NEWS]
Salaam Palestine ! [Bande Annonce]
Bientôt en librairie ! :-)
Welcome in Palestine ! Bienvenue sur ces pages...
25. Salaam Palestine ! à la Biennale du Carnet de Voyage...
24. Petits morceaux d'ambiance (2)
23. Petits morceaux d'ambiance...
22. Juste un petit mot...
21. Le blues de Naplouse
20. Go in Peace
19. Suha la prisonnière
18. Sur la route... mais laquelle ?
17. Nous n'irons pas à Gaza...
16. We refuse to be enemies
15. Joséphine de Jérusalem
14. Monsieur Jabre
13. Juste quelques images...
12. Maiyasa
11. Un lundi à la campagne
10. Un dimanche à Hébron
8. Chez Ghassan (suite)
9. Welcome to the Herbawi Home Center !
7. Chez Ghassan
6. Vernissage à Hébron
5. Salaam Ramallah !
4. Bethléem via l'Île aux Moines
3. Trois départs, dont un retour...
2. Clermont-Ferrand via Ramallah
1. Mais qui tient ce carnet ?