Carnet de Palestine

7. Chez Ghassan

Ce matin, nous avons rencontré Ghassan, qui nous a présenté à sa famille et ses amis. Lui habite dans la maison de son enfance, très abîmée par la seconde Intifada, sur une colline au-dessus de la vieille ville d'Hébron. Mais il nous conduit pour la journée chez sa mère et ses frères qui vivent « à la campagne » dans un petit coin vert, une vallée miniature entre deux collines, à 5 minutes en voiture de la ville. Sa vielle autobianchi a drôlement la pêche et bondit d'une montée à l'autre en prenant de l'élan dans les descentes !

 

 
 
La maman de Ghassan nous accueille avec son sourire très doux, ses yeux rieurs... et des flans de semoule aux noix et raisins du jardin. Ici, on cultive du persil sous serre, de la vigne, quelques pieds de tomates, d'aubergines et de piments. Le coin est d'un calme absolu, d'autant que nous sommes vendredi, jour de prière et de repos. Seul un homme travaille, sur la colline la plus proche, à sa future maison, parpaing après parpaing sous un soleil de plomb. Écrasés de chaleur, nous restons un moment sous les tentures doublant l'ombre maigres des arbres, là où les frères de Ghassan se reposent après les travaux des champs.
 
 
Lorsque nous remontons vers la maison familiale, nous passons à l'étage, par une porte de côté. Car, sur la terrasse du rez-de-chaussée, on parle mariage. Samir, le plus jeune des frères de Ghassan cherche une femme à épouser... et ce n'est pas simple. Pendant que la rencontre des deux familles a lieu en bas, nous déjeunons d'une « renversée » délicieuse. Quand le peut-être futur jeune marié nous rejoint avec sa maman, ils ont l'air confiant pour la suite. Les petites nièces, puis les cousines arrivent - c'est l'heure des portraits !
 

La conversation est facile, malgré la barrière de la langue. Ghassan parle bien le français, ses frères l'anglais : on se débrouille, se traduit mutuellement, on parle de nos familles, de nos vies, de nos religions (ou athéisme !) respectifs. Les jus de grenade, cafés à la cardamome et thé sucré se succèdent sans cesse... nous sommes submergés de gentillesse.
 
La 404 dégliguée, terrain de jeu des enfants du quartier...
 
Mais la journée n'est pas finie. On nous attend chez Ghassan, puis chez son beau-frère. Nous quittons la « campagne » et nos hôtes adorables. Il est bientôt 17h, la nuit commence à tomber doucement... L'autobianchi repart, toujours aussi bondissante, nous emportant de collines en collines.

 

Ajouter un commentaire
Publié à 14:06, le 17.10.2009, Hébron
Mots clefs :


<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui écrit ?


Trois artistes voyageurs partis dans le cadre d'un échange artistique franco-palestinien entre les Centres culturels français sur place et le Rendez-Vous du Carnet de Voyage de Clermont-Ferrand.

Menu

Accueil
Notre itinéraire

Articles

Palestine... le retour ! :-)
Salaam Palestine ! [PRESSE]
Salaam Palestine ! [RADIO] (2)
Salaam Palestine ! [RADIO]
Salaam Palestine ! [VIDEO]
Salaam Palestine ! [VERY GOOD NEWS]
Salaam Palestine ! [NEWS]
Salaam Palestine ! [Bande Annonce]
Bientôt en librairie ! :-)
Welcome in Palestine ! Bienvenue sur ces pages...
25. Salaam Palestine ! à la Biennale du Carnet de Voyage...
24. Petits morceaux d'ambiance (2)
23. Petits morceaux d'ambiance...
22. Juste un petit mot...
21. Le blues de Naplouse
20. Go in Peace
19. Suha la prisonnière
18. Sur la route... mais laquelle ?
17. Nous n'irons pas à Gaza...
16. We refuse to be enemies
15. Joséphine de Jérusalem
14. Monsieur Jabre
13. Juste quelques images...
12. Maiyasa
11. Un lundi à la campagne
10. Un dimanche à Hébron
8. Chez Ghassan (suite)
9. Welcome to the Herbawi Home Center !
7. Chez Ghassan
6. Vernissage à Hébron
5. Salaam Ramallah !
4. Bethléem via l'Île aux Moines
3. Trois départs, dont un retour...
2. Clermont-Ferrand via Ramallah
1. Mais qui tient ce carnet ?